> Pays > Asie > Indonesie > Yogyakarta

Yogyakarta

On est a quelques jours du nouvel an chinois, l’effervescence règne un peu partout et il devient compliqué de trouver des transports, beaucoup de gens profitent en effet des 4 jours féries pour visiter de la famille ou des amis. A Java on se déplace beaucoup en train, c’est souvent un peu plus long que le bus mais plus confortable, plus ponctuel et moins cher que l’avion. N’ayant pu réserver un billet en classe touriste… euh on dit exécutive ici, j’ai un billet en classe bizness c’est a dire avec clim, sièges confortables et prise électriques, en dessous il y a la classe eco, vraiment pas cher mais assez difficile a supporter (pas de clim et wagons délabrés). Autant les trains classe executive sont des trains spécifiques, ils ont même souvent leur propre gare les classes bizness et eco sont en fait souvent les mêmes trains.
A 5h du matin me voilà donc dans un tricycle pour me rendre a la gare ou malgré l’heure matinale c’est plutôt animé, il y as des centaines de voyageurs qui attendent leur trains, des vendeurs un peu partout et tout le monde cherche a s’y retrouver, sachant que les appels sont évidement en indonésien !

Après 10h de train me voilà donc a Yogyakarta ou Jogja pour les intimes, une des capitales culturelles du pays. Je loge dans le quartier touristique juste a coté de la gare, il s’agit d’un quartier traditionnel ou un certains nombres d’habitants on transformés leurs maison en homestay (ici on dit Losmen). Me voilà donc a parcourir les gangs (un héritage de l’époque hollandaise qui veut dire allée) étroits du quartier a la recherche d’un hébergement ce qui est loin d’être gagné nouvel an chinois oblige.

Je finis par trouver chez Lotus Losmen une chambre pour 150 000 IDR, la famille vit a au rez de chaussez et loue les chambres a l’étage, un bon aperçu de la vie indonésienne.
Il me reste un peu de temps pour explorer la ville et je pars donc direction Malioboro street que tout le monde connaît ici et pour cause c’est une immense rue commerçante ou se croise pèle mêle, des boutiques, un immense mall, des vendeurs de rue de toute sorte, des échoppes de nourriture, des motos par centaines, des calèches a cheval et des voitures. Ça change beaucoup par rapport aux larges avenues de Jakarta, il y as une foule compacte qui circule ici, c’est haut en couleurs et une expérience franchement sympa.

Pour mon premier jour ici je démarre un peu tard, en fait j’attends surtout une éclaircie, j’arriverais trop tard pour le Kratung (le palais du sultan) mais je prends quand même le temps de visiter les sites autours, il y as en effet pas mal de restes en plus ou moins bon état d’autres palais, une mosquée souterraine et notamment le water palace, palais des eaux dont seule une petite partie a été restaurée mais elle vaut le détour.

Je me perds ensuite un instant dans les ruelles qui circulent autour du palais, le temps de découvrir quelque endroits magnifiques, notamment ce gang décoré revisité par un artiste anglais.

Sur le retour je visite ma première mosquée et surtout je déguste le café le plus cher du monde j’ai nommé le Lawuk. Et ce qui rend ce café aussi cher c’est cet animal la !

Pendant la colonisation danoise les esclaves qui travaillaient dans les plantation n’avaient pas le droit de consommer le café, ils ont par contre découvert que les grains mangés par l’animal sont encore tout a fait utilisables.

Le processus est donc désormais de faire manger des grains a l’animal, rincer ce qui ressort, le torréfier pour faire du café. C’est une sacré revanche car ce café est désormais le plus cher au monde a pas loin de 1000$ le kg, une tasse coûte 8€ ce qui est une vraie somme ici.
Et au goût ça donne quoi ? Je dirais que le goût est assez étonnant et plutôt bon, les amateurs de café le boivent sans sucre ce qui accentue fortement le goût, ça vaut le coup d’essayer en tout cas.

Entre deux averses pour mon dernier jour j’arrive tout de même a visiter le palais du sultan, cette ville dans la ville (20000 personnes y vivent, 2500 travaillent directement pour le sultan) est impressionnante de part sa taille. La visite présente quelques bâtiments du palais, surtout des objets liés a la lignée royale, que cela soit des tenues, de la verrerie, des armes, il y as un peu de tout mais la visite est plutôt sympa.

J’aurais vraiment apprécié mon passage a Jogja, ici on ressent bien plus qu’ailleurs la culture indonésienne, la ville est certes grande mais les points d’intérêt sont finalement relativement proches et donc visitable a pied ou en calèche.
L’endroit est probablement le plus touristique de Java et pour cause Borobodur et Prambanan sont a coté, cela apporte sont lot de nuisances notamment de nombreuses arnaques liées aux tours organisés, la plus connue étant celle des tours qui de Jogja vous emmènent visiter le Bromo, le Kawa Ijen, et vous laissent a Bali, vous faisant rouler dans de vieux minibus, dormir dans des hôtels infâmes et vous passerez plus de temps dans les boutiques de souvenirs que sur les sites intéressants. On vous proposera un peu partout de visiter des ateliers ou écoles de batiks, si certains endroits sont peut être légitimes, la majorité sont des arnaques pour touristes (tiens ici les prix sont eu dollars US?), a savoir que les batiks sont trouvables un peu partout sur les marchés a Jogja, qualité et prix très variable dans tous les cas la négociation sera âpre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *