> Pays > Afrique > Sénégal > Ziguinchor : la « Bad city »

Ziguinchor : la « Bad city »

Après une nuit a Tambacounda et un trajet éreintant me voilà arrivé a Ziguinchor capitale de la Casamance.

La ville en elle même ne représente que peu d’intérêt, malgré sont important passé colonial, peu de choses persistent, a part une cathédrale au demeurant superbe et quelques bâtiments en ruines, l’endroit est surtout un lieu de passage un peu obligé, le ferry de Dakar arrive ici, il y a un aéroport et toutes les facilités administratives.

Je rencontre un Sénégalais qui se propose de m’accompagner visiter la ville, je profite de l’occasion de passer au marcher racheter des tongs, espérons qu’elles soient de meilleure qualité que les précédentes qui n’ont tenu qu’une semaine. En fin de balade mon ami me demande une grosse somme d’argent, je négocie pas mal mais je paierais quand même quelque chose et on convient de se retrouver plus tard vu qu’il connaît un endroit sympa ou boire un verre. Finalement l’endroit ou mon « ami » m’emmène est loin du centre, sombre et ressemble plus a une maison de passe qu’a un bar, mon « ami » veut absolument me caser avec une des prostituées… bref je bois ma bière et m’en vais au plus vite en espérant trouver un taxi pas trop loin au passage mon fameux ami ne manquera pas de me demander encore une fois de l’argent, le refus catégorique de ma part l’énervera un peu, mais ça m’importe vraiment peu, j’en ai assez !

8h du matin, on frappe a ma porte, c’est pour m’annoncer que la sortie en pirogue prévue ce matin est reportée a cet après midi vu que 2 participants sont malade. Je me lève avec quelques boutons bizarres, moustiques hier soir, intolérance au traitement contre le paludisme que je prends depuis quelques jours, autre chose, pas clair…

La sortie en pirogue est reportée d’heure en heure, j’ai avancé une partie de l’argent et on me fait comprendre que c’est non remboursable, j’attends donc.
17H, Départ avec deux autres participants qui n’ont rien de malade, au programme visite de l’île aux oiseaux et aller voir des dauphins. Il n’y a quasiment aucun oiseau, ceux qu’on voient sont très loin vu que le piroguier navigue au milieu du fleuve, nous ne trouverons pas non plus les dauphins, trois heures de pirogue pour ne rien voir et finir complètement trempé car le piroguier est pressé de rentrer, la déception est grande pour moi comme pour les autres participants.

Ce matin ce n’est plus quelques boutons que j’ai, mais des milliers partout sur le corps, par sécurité j’avais changé de lit et découvre rapidement le problème en tirant la moustiquaire, il y a des milliers de bestioles sous le lit, punaises ou puces, peu importe, ça gratte a mort. Je me plains a l’hôtel qui constate le problème, dit qu’ils vont traiter le lit mais refuse catégoriquement de me faire un rabais sur la chambre, j’ai dormi, je paye !

Le perroquet ou je loge a pourtant très bonne réputation, celle-ci est visiblement très injustifiée, entre la chambre infestée et la sortie en pirogue qui ressemble fortement a une arnaque, je n’ai jamais vu les participants sois disant malade et pour 3h de pirogue sans rien voir d’intéressant le prix était très excessif, une chose est certaine ils ne sont pas prés de me revoir !

Le temps d’acheter mon billet de bateau et de retirer de l’argent, j’ai de nouveau un type collant a mes basques, malgré mes refus insistants pour ne pas qu’il me suive il viendra jusqu’à l’hôtel et demandera de l’argent, ce que je refuse, le type s’énerve un peu, je me réfugie a l’hôtel et j’attends un peu, je suis moyennement rassuré et j’ai vraiment pas envie que ça tourne mal en sortant de l’hôtel.

Je pars un peu plus tard, direction l’île de Carabane.

En deux mot, Zinguichor est pour le moment la plus mauvaise et la seule mauvaise expérience que j’ai eut au Sénégal, je reprends le bateau de Carabane, je n’aurais donc pas a y repasser, ouf !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *