> Pays > Afrique > Afrique du sud > Plettenberg Bay

Plettenberg Bay

A mon arrivée la ville semble complètement morte et l’impression sera confirmée, il ne se passe pas grand chose ici, c’est essentiellement une station balnéaire d’été ici, heureusement je rencontre Kendrik J Kaufman (faite une recherche youtube) , un quinquagénaire originaire de Floride et un peu fou, il essaye de se lancer comme animateur de télé et fait un peu les trucs les plus fous en capturant tout ça sur une go pro, il me propose de venir avec lui visiter les pars alentours, le programme de la journée sera donc : marcher avec des éléphants, aller voir des singes, marcher avec des guépards, il a une voiture et ça sera donc plus simple pour se déplacer.

Le parc a éléphants est un peu décevant, si on peut marcher quelques minutes en tenant la trompe d’un éléphant le reste est sans grand intérêt et ça coûte relativement cher (300R). Le parc avec les singes (Monkey land), c’est plutôt un zoo avec la particularité que les humains sont dans la cage avec les animaux, l’endroit est finalement assez fun, on y voit beaucoup d’espèces différentes de toutes origines, singes africains, lémuriens de Madagascar, singes d’amerique du sud et gibbons d’Asie. Les animaux sont habitués a l’homme et on peut donc les approcher de très prés, même s’il est évidement interdit de les toucher.

Le 3eme et dernier parc est nettement plus intéressant, le parc fait la promotion de la sauvegarde des félins et de quelques oiseaux, l’occasion de pas mal d’explications et de rentrer dans certaines cages. On commence par rendre visite a « black foot » alias le chat sauvage, historiquement ce sont les égyptiens qui ont domestiqué cet animal pour en faire les charmantes boules de poils qu’on connaît. Il ressemble comme deux gouttes d’eau a notre chat domestique, a la différence qu’il a des coussinets noirs et qu’il est un peu plus agressif, le gros problème pour lui est qu’il se reproduit avec les chats domestiques et crée des hybrides, l’espèce disparaîtra probablement d’ici 20 ans. On continue ensuite avec Mr Chacal qui s’il n’est pas très grand est particulièrement agressif et capable de tuer un troupeau de moutons en une seule nuit, « just for fun » vu qu’il ne mangera qu’une petite partie de la viande. C’est ensuite au tour de deux lionceaux dont un blanc, les lionceaux blancs sont courants mais pour une raison encore mal comprise il n’existe quasiment aucun lion blanc adulte. La théorie actuelle veut que la couleur blanche rende empêche les lions de se camoufler efficacement et donc d’attraper des proies mais d’autres pensent qu’ils sont chassés voir tués par la meute elle même. La dernière étape est (toujours) la meilleure puisqu’on rend visite aux guépards, non seulement on rentre dans la cage mais on ira également se balader avec eux. Le guépard bien qu’il soit l’animal le plus rapide au monde, 0 a 100km/h en moins de 3s, 120km/h en vitesse de pointe, est par ailleurs désavantagé sur les autres points par rapport aux autres félins, il ne peut pas grimper aux arbres comme le léopard par exemple et ne fait pas le poids face a un lion, du coup c’est un animal relativement timide qui se fait régulièrement voler ses proies et recherche assez facilement la proximité avec les humains. Les rois Zulu étaient connus pour avoir souvent des guépards auprès d’eux comme preuve de leur puissance ce qui historiquement a fait assez peur aux européens lorsqu’ils sont arrivés ici. Au final c’est plutôt le guépard qui balade l’humain, s’il y a une laisse la consigne est absolument de laisser partir l’animal s’il se met a courir car on a aucune chance de le retenir, il faut éviter de parler trop fort sous peine d’avoir droit a des regards et grognements des plus inquiétants et on suit l’animal plutôt qu’on le dirige, c’est un gros chat et non un chien… L’expérience se révèle super intéressante car il est assez rare de pouvoir approcher ce genre d’animal, en fin de parcours on aura droit a une démonstration de la vitesse de ces animaux, c’est l’heure du repas et tout ce que je peux en dire c’est que ça va trop vite pour être pris en photo, en un clin d’œil le guépard est déjà 20m plus loin !

Au final j’aurais réussi a transformer une journée pluvieuses dans un bled ou tout est fermé en journée intéressante.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *